Caravane du livre et de la lecture en Afrique de l’ouest

Lu un peu partout dans la presse:

Vous désirez

Obtenir des trésors de littérature africaine à 50% moins cher?

Rencontrer et échanger avec des auteurs?

Suivre des animations et des débats autour du livre?

Et bien! Visitez la CARAVANE DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN AFRIQUE DE L’OUEST, l’étape de la Côte d’ivoire!

LIEUX:

ABIDJAN: à l’institut Français (ex CCF), du mardi 29 mai au samedi 02 juin 2012;

YAMOUSSOUKRO: à l’alliance Franco-Ivoirienne du 04 au 06 juin 2012;

BOUAKE: au centre Culturel Jacques Aka, du 07 au 09 juin 2012;

KATIOLA: du 11 au 12 juin 2012;

KORHOGO: à l’alliance Franco-Ivoirienne, du 14 au 16 juin.

Sous la houlette du Ministère de la Culture et de la Francophonie, la CARAVANE DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN AFRIQUE DE L’OUEST est organisée par l’Association Internationale des Libraires Francophones (AILF) et l’Association des Libraires de Côte d’ivoire (ALCI).

 

Mes passages à l’Institut français les 31 mai et 1er juin 2012:

1er jour 12h45: j’arrive à l’institut sur la clôture duquel est accrochée une grande banderole sur l’évènement. Ça me fait plaisir. Je suis sure d’y voir du monde comme au temps du CCF où les férus de lecture se retrouvaient régulièrement pour vivre leur passion commune.

Au sous-sol je remarque, de nombreuses chaises vides, prêtes à recevoir des participants à d’éventuelles conférences sur le sujet. Nulle part je ne vois afficher de programme dans ce sens…

Juste derrière, j’aperçois un stand de la Librairie de France en forme de U. Je me dirige pour me concentrer sur les ouvrages en vente. Mon constat:

  1. Rien de nouveau pour moi qui fréquente (à contrecœur) régulièrement la LDF. Les mêmes bouquins sont là d’écrivains locaux, avec bien évidemment toute la gamme de Isaïe Biton et Regina Yaou, ainsi que les crus made in GO MEDIA. Quelques auteurs étrangers sont aussi représentés (Alain Mabanckou son verre cassé et sa mémoire de porc-épic, Maryse Condé, etc…)
  2. Euuuh tous les livres ne sont pas à -50%. Dans tous les cas cela n’aurait pas été rentable de diviser par 2 le prix de bouquins qui coutent à la base à peine 2500 Fcfa…quoique l’idée étant d’inciter à la lecture… Je bénéficie quand même de 200 Fcfa de réduction pour l’achat de « RegardD« , ensemble de chroniques illustrées de Cheick Yvhane… Il y a encore quelques semaines, je ne connaissais pas ce monsieur qui animait sur la radio Nostalgie. En plus d’être mignon (digression de femme! Lol), ses chroniques sont d’un excellent réalisme. Étant une habituée de Martin Page, je n’hésite pas trop à rajouter à ma PAL (pile à lire) « La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique« , pour seulement 2200 Fcfa, cela a semblé être une très bonne affaire…
  3. Trois vendeurs de la LDF sont installés de chaque côté du U, mais à mes yeux, dans leurs yeux manque un peu trop la passion du livre… Enfin j’imagine qu’ils sont payés pour vendre et pas pour communiquer une passion quelconque…
  4. Durant l’heure que je passe sur les lieux, je ne vois aucune autre personne s’aventurer ne serait-ce que par curiosité dans cette partie de l’Institut Français… « A l’heure de pause où les gens ont faim, qui va venir regarder livres??? »… De même aucun élève ou étudiant à l’horizon…*

2ème jour, même heure: rien de neuf…sauf une p’tite prise de tête avec l’un des vendeurs, sur laquelle il n’est pas nécessaire de m’attarder ici…

CONCLUSION: LE LIVRE AGONISE…ON NE S’Y INTÉRESSE PAS VRAIMENT CHEZ NOUS!!!

En espérant que cette caravane ait un peu plus de succès à l’intérieur du pays…

Le chien aboie, la caravane passe… A moins que ce soit la caravane qui peine à avancer…

Image

Advertisements

4 réflexions au sujet de « Caravane du livre et de la lecture en Afrique de l’ouest »

  1. quelqu’un a dit que pour cacher quelque chose à l’africain (en général) il faut le mettre dans un livre, c’est tout dire….
    je suis d’accord que nous soyons originellement de tradition orale, mais ce n’est pas une raison… courage aux promoteurs de cette campagne de « sensibilisation » qui doivent se rendre compte du travail titanesque qui les attend…

  2. C’était pourtant une belle initiative en soit.Pour un projet d’une telle envergure,il faut d’abord une CAMPAGNE de SENSIBILISATION pour la PROMOTION du livre et que les MEDIAS NATIONAUX(télévision,radio et presse écrite)suivent.Ensuite inclure la population à y participer pour faire CONNAITRE les NOUVEAUX AUTEURS sur le MARCHE.Le milieu littéraire a l’air d’etre une milieu très fermé.Se faire une place lorsqu’on est un auteur-débutant ne doit pas etre une chose facile.Les HABITUES ont toujours pignons sur rue.Il faut que les choses changent et bougent.Les auteurs africains de renommé internationale manquent de visibilité.A part les plus connus,beaucoup gagneraient aussi à etre connu du grand plublic.L’amour de la lecture commence dès le plus jeune age pour que les enfants se familiarisent déjà avec les LIVRES.Ici,à PARIS,chez les EDITIONS l’HARMATTAN il faut payer pour que votre oeuvre soit PUBLIE.C’est le principal éditeur des écrivains africains dans la capitale parisienne.Les BONS,MAUVAIS AUTEURS sont publiés.A chaque lecteur de faire le tri parmi cette sélection proposée par cette grande MAISON d’EDITION.Les LIVRES parlant de la Cote d’Ivoire se vendent bien.J’en suis heureuse et ravie de constater que les OCCIDENTAUX s’interessent à ce pays de l’AFRIQUE de l’ouest pas seulement la DIASPORA AFRICAINE.Si vous voulez vous faire PUBLIER,vous savez ce qui vous reste à faire.A bon entendeur à tous ces GENIS de la PLUME qui pilullent au PAYS…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s