Erreurs de beauté

L’orthographe passée au shampoing!
No comment… Just a big laugh
😀

Publicités

Plaidoyer pour la révision de la devise de la Côte d’Ivoire

7 Août 1960, notre chère Côte d’Ivoire acquiert son indépendance!

Hourra! La nouvelle république est d’autant plus fière que désormais ses fils et filles marcheront ensemble vers le progrès, avec comme seule devise: UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL!

Quelle était belle cette époque, où les fils de la chère terre d’ivoire bâtissaient de tous slogans le bonheur à venir…

D’illusions en désillusions, les années se sont écoulées, avec les quelques zones de turbulences que nous savons et mon avis, sans appel:

La devise de côte d’ivoire n’a plus aucun sens!

 

1. UNION

Le 23 juillet 2012, un rapport de le société civile indiquait que 66,8% de la population est d’avis que les ivoiriens sont divisés.

Quoi d’étonnant dans ce constat? Après toutes les vertes et pas mures vécues collectivement, il est clair que le chemin vers la cohésion nationale sera long. Mais pour cela il faudrait que chacun d’entre nous y mette du sien!

« Il est toujours plus facile de gâter que d’arranger« , aimons-nous dire, alors pourquoi certains cœurs (peut-être trop amers) ont à cœur d’empirer les choses?

Nous avons mis 50 ans pour délier les liens solides noués par ceux qui avaient lutté pour l’indépendance. Nous avons inlassablement rétrogradé en amour pour notre prochain.

Eh bien si nous aimons autant la haine, il serait temps de nous déposséder de l’UNION dont nous nous prévalons si hypocritement.

A la place j’y verrai bien la RANCŒUR

 

2. DISCIPLINE

Parfois je me demande si les hommes qui ont réfléchi sur la devise du pays, ne s’étaient pas un peu trop abreuvés d’utopisme?? La libération soudaine du joug colonial leur était trop montée à la tête!

DISCIPLINE… Qu’est-ce que ce mot signifie chez nous??? Pas grand chose à mon avis pour une forte majorité de notre population. C’est à croire que dès le bas âge, on nous apprend à dévier les règles, à défier ces codes de vie qui depuis 50 ans ont cherché à s’imposer à nous.

– Uriner en pleine rue, dans l’irrespect des règles minimales d’hygiène

– Jeter les ordures n’importe où, à n’importe quel moment, comme si la rue était un dépotoir géant

– N’avoir aucune notion « d’ordre d’arrivée », quand la loi du plus pressé est toujours validée. Parfois j’ai l’impression que l’ivoirien a des œillères qui ne lui font voir que ce qui l’arrange. Chez les marchands, à la banque, dans les transports en commun etc…, les gens admettent peu que la personne qui est arrivée avant eux soit servie la première.

– Le cafouillage généralisé aux intercessions, même lorsque les feux tricolores fonctionnement normalement! Trop pénible ce manque de courtoisie, malheureusement contagieux: si tu ne suis pas la vague, tu subis la furie des automobilistes autour, qui du code de la route n’ont gardé qu’un vieux Rousseau à moitié bouffé par les souris et cafards de la maison

Certainement que les ivoiriens sont invisibles les uns des autres, cela justifierait au moins le sans-gêne de la plupart d’entre nous. L’éducation civique n’a plus aucune valeur.

Pourquoi donc ne pas également revoir ce second point de notre « peu chère devise » et légitimement le remplacer par son contraire, qui nous va si bien: INDISCIPLINE!

 

3. TRAVAIL

Je ne puis, chaque fois m’empêcher de rire, quand je me répète les 3 mots clés de notre fameuse devise. Était-ce pour faire joli que nos valeureux créateurs avaient opté pour ces 3 là en particulier, ou avaient-ils trop chopé le melon pour envisager que ce défi serait impossible à réaliser par les générations futures??

Soit le bon Dieu, pour une raison ignorée de tous, ne nous pas doté de suffisamment d’esprit de travail, soit nous-mêmes avons refusé de porter des tâches trop lourdes qui abîmeraient notre si large égo d’ivoiriens qui ne voient rien que le bout de leur nez!

S’il y a un peuple qui n’aime pas le travail c’est bien nous! Après nous nous plaignons gaillardement parce que les étrangers bouffent ce qui devrait être notre pain quotidien à nous! C’est nous qui avons les ressources de toutes sortes, mais encore nous qui ne faisons rien pour les exploiter. Nous savons critiquer les autres, mais sommes rarement fichus de faire des exploits avec les acquis que notre terre nous à gracieusement offerts. Les étrangers ont bons dos… Ils sont responsables de notre misère quotidienne.

– L’ivoirien n’aime pas le travail qui salit, mais dédaigne l’étranger qui réussit à en vivre. Mais malgré cela, lui préfère le travail dans les bureaux, même s’il ne garantit pas toujours de meilleures conditions de vie.

– L’ivoirien aime les diplômes, mais bien souvent au delà de ses cartons, il n’a aucune compétence exceptionnelle, n’a jamais développé aucun talent particulier. Nous sommes champions de la théorie, mais quand le concret doit être démontré, nous nous défilons à coup de discours d’un ennui lamentable: L’ivoirien est plus parolier qu’action man! Bien dommage…La polyvalence il ne connait pas. Il nait avec une fiche de poste qu’il se doit de respecter scrupuleusement au risque de perdre son statut d’ivoirien! Eh oui n’est pas ivoirien qui veut!

– L’ivoirien se plaint beaucoup des initiatives des autres, mais est incapable d’en prendre lui même… Alors il devient envieux, et finit à long terme par rejoindre le grand groupe des multiples sorciers du pays…

En attendant que les « fiers ivoiriens » de l’Abidjanaise se réveillent, l’étiquette du TRAVAIL qui leur a été malencontreusement collée sur le torse, doit faire impérativement place à la si généreuse PARESSE.

 

Au final cela donnerait: RANCŒUR-INDISCIPLINE-PARESSE, 3 qualificatifs qui malheureusement nous vont comme des mitaines!

 

Image

 

Personnellement je ne veux pas contribuer au mensonge flatteur qu’on se fait depuis trop d’années.

Fiers nous sommes, ça c’est sûr, mais aussi désunis, trop indisciplinés et très paresseux!

Mettons-nous au défi une fois dans notre vie de concrétiser l’espoir que les pères de notre indépendance mettaient en nous.

Il nous faudra du temps pour atteindre UNION, DISCIPLINE et TRAVAIL, mais avec de la bonne volonté RANCŒUR, INDISCIPLINE et PARESSE ne seront bientôt qu’une mauvaise passade…

Levée de voile…

Il s’était empressé
Un peu comme un forcené
A imposer ce qui devait être
Le lieu idéal à notre mieux être…

En moi trop de pressions
Me firent frôler la dépression
Mais quelles intentions
Voulait-il porter à mon humble attention?

Curieuse, je m’en remis à la destinée.
Tremblante de tous doigts et l’âme totalement apeurée.

Alors le voile fit prière de le lever au plus vite
Et soudain devant moi, plus aucune once de presbyte!

J’en ai encore le souffle court
A court d’idées, les mots à court…

Maserati, Chocolat et Champagne
Tous les deux c’est sûr qu’on mènera bonne campagne!

L’INCONNU

Certaines intrusions nous intriguent
Et font signe que notre instinct nous guide,
Nous rebutent autant que nous attirent
Alors on se braque pour chercher point de mire…

Il s’est annoncé, l’inconnu un bleu matin
Chantant à mon oreille sans doute un baratin,
Mais à force d’audace pour briser ma ferme glace
De mon repli naturel, l’affinité pris la place…

Il n’est pas sans me donner quelques fois des frayeurs
A me triturer l’esprit sur quel destin il est porteur…

Pourtant de mes sens, surtout du sixième
J’en mettrai sereine tout mon coeur à fondre
Que de ce qu’il paraît, même pas du dixième
D’avec son vrai « lui » je ne dois jamais confondre…

Rendez-vous enfin pris
Levée des masques bientôt proche
Le sablier se lâche et sourit
Devant ma crainte d’une anicroche…

Et hop dans l’inconnu je saute tout de même les deux pieds joints.
Tant pis! A la normale, il faut parfois mettre un bon coup de poing!

Jeu de maux

Migraines qui persistent
A la traine je résiste

Règles sournoises silencieuses
En mon être pernicieuses

Des profondeurs utérins
Des douleurs vives trouvent terrain

Et ce cœur qui amassent tonne de peines
Mais qui rechigne aux assauts de la haine

Et les absences qui se muent en solitude
Mais criant haut et fort leur soudaine plénitude

Coup de grâce quand les plaisirs prennent du poids
Urgence! Au délestage mon corps cri son dernier choix

Que de mots qui défilent
Que de maux de filles
Des mots qui s’alignent
Juste pour faire jeu de maux…

Contre-Acception Masculine

Discussion soudaine, hier avec un stagiaire de ma boite:

Stagiaire: – Pourquoi les femmes sont comme ça même??? Je lui ai dit que je ne veux pas, pourtant c’est ce qu’elle a fait. Or je ne travaille pas encore, il faut d’abord que j’ai une situation, que je sois stable…

Moi (feignant de ne pas savoir où il voulait en venir): – Qu’est-ce que les femmes ont encore fait? T’as un problème avec ta copine?

Stagiaire (d’un air préoccupé) : – Oui! Je lui ai dit que je ne suis pas prêt pour assumer un enfant et elle a tout fait pour tomber enceinte. Sa mère est au courant et m’a appelé pour qu’on en parle. Ah je suis pas prêt!!! Pourquoi les femmes sont pressée d’avoir un bébé??? Elle m’a eu hein!!

Moi: – Elle t’as eu comment?? Quand vous vous envoyiez en l’air sans guêbê (préservatif) là tu n’avais pas conscience de ce risque?? Tchrrrr

Stagiaire: – Le problème c’est que lorsque je veux utiliser un préservatif, elle commence à mettre en doute ma confiance et alors moi je cède.

Moi: – C’est ça oui!!! Tous pareils, assumez un jour vos actes!!! Pourquoi est-ce aux femmes d’être toujours accusées dans ces situations. Fallait insister pour prendre tes précautions si vraiment tu ne voulais pas que ça arrive!

Stagiaire: – Euuuh mais c’est elle qui a cessé de prendre ses pilules, exprès!!!! Elle m’a poignardé dans le dos! C’est sa faute!

Moi: Toujours c’est vous qu’on poignarde dans le dos, vous les innocents dans l’affaire!!! Vivement que les scientifiques terminent les pilules contraceptives pour hommes!!! Avec ça au moins, vous pourriez avoir bonne conscience, et au moins vous serez exclusivement chargés du planning familial!! Vous êtes fatigants à la fin!!! Tssss
Dans tous les cas, les choses étant déjà faites, il ne te reste plus qu’à prendre tes responsabilités! De grâce, ne vas pas lui faire supporter une IVG, c’est un acte grave qui risque de la perturber à vie!
Comme on dit chez nous: « enfant de chômage, porte souvent chance », donc aide là comme tu peux, ne lui mets pas la pression. Ok?

Stagiaire (pas du tout rassuré): – On verra…

Au final ce sont toujours les mêmes histoires qui se répètent de par le monde…Les femmes coupables, les pauvres hommes innocents…
Je parie que lorsque la fameuse pilule masculine sera mise en vente (si une quelconque pression n’oblige pas à enterrer le projet), peu d’hommes l’utiliseront. De plus d’autres fautes naitront pour accuser les femmes d’autres maux…

C’est ainsi, dit-on, depuis que le monde est monde…

Famchocolat entre tradition et modernité

Il y a quelques semaines, avec le concours de AKENDEWA, j’ai ouvert un autre blog dont le thème est axé sur les traditions de Côte d’ivoire en principal mais aussi d’Afrique.

Même si, jusque là je n’ai pas eu le temps de publier beaucoup d’articles, n’hésiter pas à y faire un tour et à me faire part de vos suggestions.

C’est par ici: FAMCHOCOLAT, MÉLANGE DE TRADITION ET DE MODERNITÉ.